2) LES PIONNERS DE LA PHOTOGRAPHIE .

Frederick Scott Archer.

Frederick Scott Archer
Autoportrait de Frederick Scott Archer

Sculpteur et photographe anglais (1813-1857). Il inventa le procédé au collodion humide, qui allait supplanter le calotype. Le procédé qu'il décrivit en 1851 consistait à étendre le collodion, dans lequel était dissous de l'iodure de potassium, sur une plaque de verre. On plongeait ensuite cette plaque dans une solution de nitrate d'argent et on l'utilisait encore humide. On développait après la prise de vue au pyrogallol et l'on détachait la pellicule de collodion du verre. On fixait et on séchait. Archer avait conçu un négatif, mais il avait aussi envisagé le tirage en positifs. Son procédé eut, malgré ses difficultés d'emploi, un large succès.

Oskar Barnack.

Inventeur allemand (1879-1936). Mécanicien du service des usines Ernst Leitz à Wetzlar et photographe amateur, il réalisa, à partir de recherches sur la vision des images, un appareil utilisant le film cinéma. Ainsi naquit en 1913 le premier appareil de petit format, qui devait aboutir au premier modèle de la gamme des Leica.

Hippolyte Bayard.

Inventeur français (1801-1887). Il vit un jour son père obtenir des silhouettes en plaçant des caches sur des pommes pendant leur mûrissement. Il réalisa, avant les publications de Talbot et de Daguerre, des images sur papier imprégné de chlorure d'argent, qu'il appelait dessins photogénés. La découverte de Daguerre et la mauvaise foi d'Arago à son égard laissèrent Bayard dans l'ombre. Il fut pourtant l'un de ceux qui surent rendre pratique la photographie. Après ses images photogénées de 1839-1845, il utilisa avec art le daguerréotype.

Édouard Belin.

Inventeur français (1876-1963). Il imagina les procédés de transferts à distance de photographies par lignes téléphoniques et télégraphiques, puis par radio (bélinographes). Il fut président de la Société française de photographie.

Louis Désiré Blanquart-Évrard.

Inventeur français (1802-1872). Industriel lillois, il s'attacha à perfectionner le procédé de Talbot pour obtenir des épreuves sur papier. En 1847, il présenta son procédé à l'Académie des sciences. En 1851, il l'appliqua à l'héliogravure. Il fonda avec Hippolyte Fockedey une imprimerie photographique et fit paraître en 1851 l'Album photographique de l'artiste et de l'amateur, présentant des reproductions d'oeuvres d'art de qualité, puis des photographies rapportées d'Egypte et de Palestine par Maxime Du Camp. En 1870, il chercha à exploiter le procédé en couleurs de Ducos du Hauron, mais il mourut en avril 1872 sans avoir réalisé ce projet.

Charles Cros.

Savant et poète français (1842-1888). Il découvrit, en même temps que Louis Ducos du Hauron et sans le connaître, le procédé de photographie en couleurs par trichromie.
Louis Jacques Mandé Daguerre.

Louis Ducos du Hauron.

Physicien français (1837-1920). En 1858, il présenta à la Société des sciences d'Agen une communication sur la lumière et il poursuivit des travaux sur la couleur. Il découvrit la photographie par trichromie, qu'il fit breveter en novembre 1868. Le 7 mai 1869, cette invention fut présentée à la Société française de photographie. A la même séance, était présentée l'invention de la méthode, tout à fait similaire, de Charles Cros. En 1891, Ducos du Hauron utilisa la juxtaposition de deux clichés de couleurs complémentaires pour obtenir l'impression du relief (anaglyphes). Ayant consacré sa vie à la réalisation pratique de son invention, qui allait faire la fortune de beaucoup d'autres, il mourut dans un grand dénuement.

George Eastman.

industriel américain (1854-1932). Issu d'une famille anglaise venue se fixer deux siècles plus tôt aux Etats-Unis, il découvrit la photographie à vingt-trois ans et s'enthousiasma pour cette technique, qu'il s'appliqua à rendre plus pratique; il prit des brevets et fonda sa propre entreprise à Rochester en 1880. Celle-ci devint The Eastman Dry Plate and Film Company en 1884 puis The Eastman Kodak Company en 1892, qui, du stade artisanal, passa à celui de la grande entreprise internationale grâce à des travaux où la part personnelle du fondateur resta importante. Eastman remplaça les plaques par des films, créa en 1888 le premier appareil Kodak à rouleau de cent vues et mit la photographie à la portée de l'amateur. Inventeur génial, homme d'affaires avisé, il fut aussi un grand philanthrope et il apporta beaucoup de soin à la condition sociale de son personnel et à sa formation.

Harold Eugene Edgerton.

Savant américain (né en 1903). Ayant mis au point une lampe flash électronique, il fut l'un des propagateurs de la photographie stroboscopique et de la photographie ultra-rapide (1931).

Hippolyte Fizeau.

Ses premiers travaux, menés en collaboration avec Léon Foucault, portent sur l’amélioration du procédé photographique de Daguerre. Tous deux réussirent en 1845 la première photographie du soleil et ouvrent ainsi un nouveau domaine de l’astronomie.

Edwin H. Land.

Savant américain (né en 1909). Créateur des appareils à développement ultra-rapide (1947), il est le fondateur de la société Polaroïd.

Aimé Laussedat.

Savant français (1819-1907). Polytechnicien, colonel du génie, il fut directeur des études de l'Ecole polytechnique, puis du Conservatoire des arts et métiers; ses recherches portent sur les applications de la géométrie à la topographie. Il créa la photogrammétrie. (Acad. des sc., 1894.)

Gabriel Lippmann.

Physicien français (1845-1921). Il réalisa en 1891 une étonnante expérience de fixation d'une image en couleurs par la méthode interférentielle. Mais ce procédé, qui nécessite une technique très précise, est demeuré une belle expérience de laboratoire.

Étienne Jules Marey.

Le médecin français Étienne Jules Marey (1830-1904) est l'un des pionniers de la chronophotographie. Motivé par la recherche scientifique, il met au point un fusil photographique qui lui permet de séquencer le vol d'un oiseau. Ses études les plus célèbres sont celles qui portent sur la décomposition du mouvement des sportifs.

Edward James Muybridge.

Eadweard Muybridge (1830-1904), photographe britannique, se passionne pour l'étude du mouvement. Il est l'inventeur du zoopraxinoscope qui, par projection, permet la recomposition du mouvement. Son étude la plus célèbre est celle du cheval au galop réalisée en 1877

Joseph Nicéphore Niepce.

Le véritable inventeur de la photographie

Claude Félix Abel Niepce de Saint-Victor.

Physicien et chimiste français (1805-1870), cousin de Nicéphore Niepce. Il fut l'inventeur, en 1847, du verre albuminé, avec lequel il obtint des négatifs plus fins et plus contrastés que ceux au collodion. Il avait aussi réussi à produire des daguerréotypes en couleurs, mais sans pouvoir les fixer.

Dimitri Rebikoff.

D'origine russe, il fut l'un des premiers réalisateurs du flash électronique, qu'il utilisa pour la photographie sous-marine, dont il fut l'un des pionniers.

William Henry Fox Talbot.

Savant anglais (1800-1877). Il s'illustra par de nombreux travaux sur la photographie, inventa le procédé négatif-positif et créa le calotype (aussi appelé  talbotype). En 1851, il réalisa une vue ultra-rapide sous éclair électrique. Il étudia ensuite de 1852 à 1858 les procédés photomécaniques, puis se consacra jusqu'à sa mort à la linguistique. Il publia en 1844  « Pencil of Nature » , le premier livre illustré de photographies.